Archives mensuelles : mars 2016

Une spiritualité qui intègre pleinement notre dimension humaine et veut la conduire à son accomplissement maximal

La dimension spirituelle est appelée à nous conduire plus loin dans le sens profond de notre vie, à nous entrainer au bout de nous-mêmes, à ce que la source intérieure, la source d’amour, de vie, de bonheur, puisse jaillir en nous.

 Une spiritualité qui ne s’enracine pas dans l’humain, dans son identité profonde, dans sa passion fondamentale, peut être une fuite. Elle peut déresponsabiliser, elle peut tendre à tout remettre à un Autre sans prendre sa vie en main. C’est ce qu’en connaissent bien des personnes qui s’éloignent de la spiritualité parce que c’est ce qu’ils entendent et ce dont ils sont témoins.

La spiritualité où je veux entrainer ceux et celles qui cherchent est ce qui me fait vivre de plus en plus qui je suis, qui m’appelle à me découvrir de plus en plus dans toute la beauté de mon être originel, à goûter la joie d’être qui je suis. Elle m’ouvre à plus grand que moi en moi, me permet d’être en relation avec la Source intérieure de tout ce qui existe, me conduit à expérimenter un amour reçu et offert qui me transforme.

Elle n’enlève pas les obstacles et les difficultés de la vie, mais m’ancre dans un lieu de paix malgré tout ce qui peut arriver, un lieu où je peux revenir. Cette spiritualité n’a rien de magique, mais m’établit dans un état de bonheur qui demeure malgré ce qui me peine. Elle ne me fait pas fuir mes responsabilités. Elle m’engage davantage dans ce que je sens intérieurement qui m’est demandé. Elle m’ouvre au monde et me met en communion avec la création entière et me fait entrer dans un sentiment d’être relié à tous les humains. Elle me conduit à m’engager selon mes possibilités pour un monde meilleur auquel je crois profondément.

Pour y avancer, il a fallu d’abord que je m’engage dans un chemin de connaissance de moi-même et de libération de mon être, si fondamental pour toute personne. Le « Connais-toi toi-même » de Socrate est devenu pour moi l’évidence première d’un fondement essentiel à toute vie et, entre autres, à la vie spirituelle.

Dernièrement j’ai fait connaissance avec une grande spirituelle, femme très engagée, fondatrice d’un mouvement qui s’est répandu sur quelques continents, le mouvement Sève. Elle se nomme Marguerite Hoppenot. Quelle profondeur chez cette grande dame et quelle sagesse ! J’ai fait sa connaissance à travers ses écrits, car elle est décédée en mars 2011.

Voici quelques extraits de ses écrits qui m’ont grandement rejoint :

 « C’est mettre la charrue avant les bœufs que de vouloir éveiller profondément à la réalité de Dieu quelqu’un qui n’a pas commencé  à faire cette double conscience de lui-même et du monde. »

 « L’interrogation majeure au sujet de Dieu ne peut venir valablement qu’ensuite. Elle apportera alors une dimension nouvelle, illimitée à la prise de conscience de soi-même et du monde. Chacune entrainant l’autre, interrogeant l’autre… indissociablement liée l’une à l’autre. »

 « Il s’agit d’abord d’être soi-même et non un personnage, et donc d’entrer dans une recherche concernant l’humain en nous. Cela implique une sorte de fidélité, de loyauté, d’honnêteté fondamentale à notre être humain. »

 « Prenant appui sur mes réflexions antérieures, je rappelle que préalablement à « être vrai », il s’agit d’abord « d’être » tout court ; d’être un « existant » un être conscient. »

« Or, un nombre incalculable d’hommes sont des « inconscients », évadés d’eux-mêmes, évadés du monde. S’ils n’ont pas de vérité, c’est parce qu’ils n’ont pas conscience d’eux-mêmes, ni du monde, à plus forte raison de Dieu. »

 Spécifiquement pour les gens de foi chrétienne, elle ajoute 

« Du haut en bas de la société des chrétiens, peut-être doit-on s’interroger gravement sur cette question de l’authenticité humaine avant de se lancer d’emblée dans le spirituel, qui, faute de bases humaines vraies et solides, risque d’être du faux spirituel, une illusion spirituelle. »

Voilà une dimension fondamentale d’Une spiritualité pour notre temps dont je désire faire vivre l’expérience à travers des ateliers d’intériorité au Centre Le Soleil Levant à Sainte-Sophie.

Ghyslain Julien,Président du Centre Le Soleil Levant

Centre Le Soleil Levant 222, rue de l’Étoile, Sainte-Sophie, Québec, J5J 2M7 Tél.: 450 438-2220 / 1, lesoleillevant@bell.net