Archives mensuelles : avril 2016

L’amour défiguré… / La photo du lys illuminé a été prise par Hélène Roussy

Je réagis fortement quand on dit que l’amour, c’est une décision, que l’amour, ce n’est pas un sentiment, que l’amour se situe dans la volonté. Pourtant j’entends cela de la part de gens hautement diplômés.  

Si je dis à quelqu’un que je ne ressens rien pour lui, que j’ai pris la décision de l’aimer ou que je veux l’aimer, il pourrait réagir, avec raison, en me disant qu’il n’a rien à faire de cette « forme d’amour » ! À sa place, dans pareilles circonstances, j’aurais moi-même envie de répondre : « Aime quelqu’un d’autre, s’il te plait ! » 

Je comprends qu’on veut dire que l’amour vrai, profond, n’est pas une question de sensibilité d’abord, car ce serait alors très changeant et très fragile. D’ailleurs, dans ce cas, l’affection part davantage d’un attrait sensible et d’un besoin d’être aimé que d’un amour véritable. 

En général, personne n’est intéressé à un amour qui ne soit pas un jaillissement du cœur profond, à un ressenti de l’autre qui jaillit de ses entrailles.

Qu’est-ce donc qu’aimer, alors ? Aimer la nature, c’est s’émerveiller devant la beauté de la nature. C’est gratuit. Ce n’est pas « prendre pour soi ». Cela jaillit du cœur qui contemple ce qui est beau. Ainsi en est-il de l’amour vrai pour une personne. C’est quand on voit le cœur de l’autre dans sa beauté, qu’on regarde l’autre avec émerveillement, qu’on commence à l’aimer d’amour profond.

Vous pouvez d’ailleurs observer quand est-ce que vous vous sentez aimé pour vous-même… N’est-ce pas au moment où un regard est posé sur vous avec émerveillement ? N’est-ce pas au moment où quelqu’un vous reconnait en qui vous êtes ou que quelqu’un est touché par des traits de vous qu’il admire ? Cette personne vous voit alors au coeur de vous et une communion s’établit entre vous et elle.

Est-ce que la volonté a un rôle à jouer dans l’amour ? Oui. Son rôle, c’est de garder le regard sur la beauté de l’autre malgré ses faiblesses et ses limites. L’intelligence aussi a son rôle : celui de prendre conscience que certains comportements de l’autre viennent de son histoire, de ce qui l’a blessé, de ce qui l’a marqué. Pour cela, il est nécessaire d’écouter l’autre, d’entendre son histoire pour le comprendre. Alors on peut aimer l’autre malgré ses points faibles.

Il y a une façon de faire aussi que je n’apprécie pas beaucoup. C’est lorsque des personnes disent aux autres qu’ils les aiment, avant même de les connaître : « On vous aime », disent-ils.  Quelle valeur a ce soi-disant amour ? Bien sûr, mon cœur peut être ouvert à aimer l’autre, mais l’amour, lui, ne peut naître que par la découverte du cœur et de la beauté de l’autre.

Ensuite, on a à se poser la question: « Puis-je aimer vraiment l’autre si je ne m’aime pas moi-même, si je ne suis pas capable de m’émerveiller de ma propre beauté ? » Peut-être que c’est parfois possible. C’est toutefois quand je m’ouvre à ma propre beauté que je deviens capable de m’émerveiller davantage de la beauté de l’autre.

Pourquoi est-ce que je réagis ainsi à certaines façons de présenter l’amour ? Parce que l’amour, c’est sacré. C’est ce qu’il y a de plus noble, de plus précieux dans l’être humain. Il ne faut pas dire n’importe quoi à son sujet. Il importe de redonner à l’amour ses droits de noblesse.

Qu’est-ce que tout cela a à voir avec la spiritualité ? C’est le cœur de la spiritualité ! La découverte de la Source d’Amour Pur en nous est reliée à l’expérience d’un amour vrai. Un nommé Jean a écrit dans une de ses lettres : « Celui qui aime connaît Dieu. Celui qui n’aime pas, ne connaît pas Dieu. Car Dieu est Amour. » (I Jean 4,7) C’est le chemin du cœur profond qui nous fait découvrir le Dieu qui n’est qu’Amour.

Se peut-il que le mot Dieu fasse réagir négativement certains parmi vous ? Je peux facilement le comprendre, puisque ce mot a tellement été défiguré. Alors je vous invite à choisir un autre mot qui vous parle de la Source de tout ce qui existe. Voici quelques exemples: « Le Vivant », « Beauté sans limite », « Bonté », etc.  Cherchez et trouvez le mot ou l’expression qui vous parle au cœur ! Augustin écrivait : « Beauté si ancienne et si nouvelle, je t’ai cherchée longtemps. Je te cherchais dehors alors que tu étais au-dedans. »

 Au prochain souper-causerie, le 9 avril 2016, je parlerai de cette dimension du bonheur, celle de vivre son cœur et d’apprendre à accueillir l’amour, la laisser entrer en soi. Pour plus d’information, visitez la page Facebook, « Centre Le Soleil Levant, Volet Une spiritualité pour notre temps. »

Bienvenue à tous et à toutes !

Ghyslain Julien