Archives mensuelles : octobre 2016

Aimer l’automne. Apprendre de chaque saison

Autrefois j’aimais le début de l‘automne avec ses magnifiques couleurs, ce que j’apprécie d’ailleurs plus que jamais. Je n’aimais pas la suite de l’automne avec ses arbres dépouillés. J’attendais que ce temps passe et qu’arrive la neige. J’aime toujours cette blancheur de la neige quand elle arrive.

Toutefois, j’ai appris à aimer ce deuxième temps de l’automne qui m’enseigne et me rappelle l’essentiel. Oui, bien sûr, j’ai beaucoup apprécié les beaux érables, rassemblés au milieu de mon terrain. Maintenant ils sont dépouillés. Ils ne sont plus habillés de couleurs.

Quand je regarde maintenant les arbres dépouillés, bien enracinés en profondeur dans le sol, toujours pleinement vivants, nous montrant le dépoilement de leurs branches vers le ciel et s’étendant en largeur, comme s’ils voulaient tendre la main aux autres, je les aime. Voilà, me dis-je, ce que je veux vivre et ce dont j’ai l’expérience : ma vie bien enracinée en mon identité propre, unique, que j’ai conscientisée peu à peu et de plus en plus, et toute cette vie intérieure où je me sens habité de cette Source avec qui je suis en relation et qui me renouvelle sans cesse.

Ah, il est vrai, comme ces arbres, je n’ai plus l’apparence du jeune homme que j’ai été. Je n’ai plus la peau lisse de mes jeunes années, mais la vie rayonne davantage de mes yeux et de mon sourire. Je dis, j’affirme, qu’une année de ma vie maintenant en vaut dix d’autrefois où j’avais de la difficulté à être bien avec moi-même. En vivant cela ainsi, il me semble qu’il m’en reste beaucoup à vivre.

Vieillir, c’est perdre des capacités dans différents domaines, c’est être dépouillé peu à peu, mais jamais de l’essentiel si on y est bien enraciné. J’ai eu la chance d’être obligé de cheminer, car je n’arrivais plus à vivre. J’en suis reconnaissant aujourd’hui. Ce ne fut pas toujours un chemin facile, mais combien important. Je goûte chaque instant… quand je ne suis pas trop à course… J’ai encore à apprendre et j’aime me mettre à l’écoute de la nature dont je suis, dont nous sommes.

Je suis bien conscient que j’aurai à vivre un dépouillement physique progressif, mais je n’en suis pas inquiet. Je vis aujourd’hui, confiant que tout me sera donné pour enrichir et enraciner encore davantage cette vie intérieure qui fait qu’elle goûte bon et la partager. Je sens que ma vie est toute tournée vers en avant.

Bonne route vers le bonheur à chacune, à chacun !

Note : Je devais vous envoyer un article de mon blogue chaque premier samedi du mois. Ce premier samedi est arrivé rapidement en octobre, le 1er jour du mois, et je n’avais pas encore écrit mon article. J’ai donc décidé d’attendre au premier samedi de novembre. Maintenant que ce dernier est écrit, j’ai pensé qu’il serait bon que je vous l’envoie aussitôt que possible pour que vous ne pensiez pas que j’ai abandonné cet envoi. Ce sera donc mon article ‘octobre et novembre’.

 Ghyslain Julien